Éditorial

La gestion des affaires courantes que l’on expédie sans exaltation, sans passion et sans sens du dépassement de soi ne sortira pas le pays de l’ornière. L’important en politique n’est pas la réalité de la crise, c’est sa perception ou son ressenti qui sont déterminants. La perception de la crise est plus importante que la crise elle-même. C’est comme ça. Et aujourd’hui le ressenti crée surtout du ressentiment. Les effets de l’implémentation du PAM dans le jeu électoral et parlementaire déstabilisent, à l’évidence, le gouvernement. Le positionnement de ce même parti en dehors de la majorité tout en tirant les ficelles parlementaires complique la tâche du Premier ministre qui perd en autorité sur ses troupes ce qu’il gagne en accalmie politique provisoire. La situation, malheureusement, ne se prête pas aux intrigues et à leurs délices empoisonnés. Il nous faut de la clarté, de la visibilité. Il nous faut un acte majeur, fondateur et tonifiant qui réveille un pays indolent et fataliste. L’expérimentation laborieuse et risquée qui a produit le PAM ne se réduirait qu’à des travaux dérisoires et illuminés d’un savant fou si elle n’est pas prolongée rapidement par des actes sérieux et crédibles sur le plan politique. Des actes qui impactent la gouvernance exécutive. La démonstration a été faite. Les conclusions tirées. Et l’affaire est pliée. L’entreprise de fragilisation a marché. Elle ne peut pas se suffire à elle-même. Il faut passer à l’entreprise de substitution. Ce n’est pas le même exercice. Et on ne peut, décemment, exciper d’aucun agenda pseudo-démocratique pour retarder le moment où il va bien falloir assumer ses responsabilités. Il n’est pas sûr que le pays puisse payer le coût de cette attente prolongée au risque de brouiller irrémédiablement le projet et de rendre illisible la vision. Il n’est pas sûr qu’il soit utile de frustrer davantage une demande suscitée, voire exacerbée. Il est des victoires qui se portent comme des croix. Il faut alors parcourir son long et sinueux chemin en les portant.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *