Éditorial

Les amis qui veulent créer le fameux pôle de gauche donnent l’impression de courir non pas  derrière l’avenir mais derrière le passé. Une démarche nostalgique à la productivité politique improbable. Voilà des gens — j’y inclus naturellement les usfpéistes — qui n’ont été utiles à leur pays qu’en abandonnant leurs idéaux fondateurs, leurs valeurs et leurs rêves. C’est quand ils n’ont plus été eux-mêmes qu’ils sont devenus quelque chose. Ils ont été quantité négligeable en tant que blanquistes. Mais ils ont pris un poids décisif en signant un compromis avec le pouvoir au point d’entrer dans l’histoire non pas en faisant la révolution mais en assurant l’alternance politique et la succession dynastique. De février 1998, nomination de Abderrahmane Youssoufi à la primature, à octobre  2002 le «départ» du même Premier ministre malgré une victoire électorale qui satisfaisait au principe de la méthodologie démocratique. Leur maintien au gouvernement — sous perfusion royale — après cette date, souvent pour des raisons d’ambition individuelle, en dehors de tout projet politique, a signé, avec l’usure du pouvoir, leur déclin politique et électoral. Ils en sont là aujourd’hui, une caricature d’eux-mêmes. Ils ont perdu la main. Maintenus artificiellement dans un gouvernement dont ils assurent étrangement le «porte-parolat», battus électoralement, vidés idéologiquement, décalés sociologiquement, conspués politiquement, etc. Ils sont l’expression vivante d’une espèce en voie de disparition à laquelle l’environnement est, tout à coup, devenu hostile ou inadapté. La disparition au terme d’une mutation génétique qui ne porte plus en elle les moyens de sa reproduction ou de son renouvellement. La manœuvre honorable de la résurrection du pôle de gauche — sans un vrai rapport de force favorable —  semble désespérée. Elle ne s’appuie sur aucun ressort social ou véritable courant de pensée qui fait les grandes mutations politiques. Elle s’appuie juste sur le désir de vouloir rejouer un rôle politique — politicien même —  alors que l’utilité de ce supposé rôle n’est plus pertinente ou démontrée. L’Histoire ne repasse pas les plats. Nous le savons.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *