Éditorial

L’Europe ne va pas trop bien, elle-même, et le Maroc fait ce qu’il peut, avec ce qu’il a. Le sommet Maroc-Europe de Grenade, un moment fort sur le plan de la symbolique bilatérale, ne pouvait pas dépasser le cadre des rappels de principe et des dispositions de bienveillance mutuelles. Le problème c’est que l’Europe, pour ne pas dire l’idée européenne, est en panne : une technostructure dominante coupée des réalités des peuples. Une monnaie unique chahutée, des pays membres bousculés qui ne respectent plus les règles à l’exemple de la Grèce, et des nouveaux entrants turbulents, en général, pas plus européens sur le fond que le Maroc. De là à dire que le ticket d’entrée européen s’est un peu démonétisé, c’est un pas que l’on ne franchira pas. Le Maroc doit, cependant, continuer à jouer le jeu. Pour plusieurs raisons. La plus importante à nos yeux concerne l’accélération du processus des réformes politiques. En choisissant l’Europe, le Maroc — et c’est unique sur le plan régional — a choisi courageusement d’aller vers des standards de haut niveau dans ce domaine. Arrimer le train des réformes politiques à la locomotive européenne est un choix payant et stratégiquement porteur. Le pire qui puisse nous arriver dans cette voie est de rencontrer la démocratie. Il y a pire catastrophe pour des nations arabes, africaines ou musulmanes. L’autre volet sur lequel nous pouvons aussi engranger des résultats, c’est celui de la mise à niveau économique. Là, il y a un gros hiatus. Nous ne pouvons pas attendre de devenir compétitif, donc mis à niveau, avant d’entrer dans la compétition concurrentielle dans laquelle par nature les règles européennes ne nous sont pas toujours favorables. Une cote mal taillée. Dans cette matière soit on est membre à part entière ou soit on est rien du tout. Voire. Les exigences que l’on nous oppose vertueusement sur la base des critères de convergence sont de moins en moins appliquées par les Etats membres eux-mêmes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *