Éditorial

Nicolas Sarkozy vient de trébucher en France. Les résultats des élections régionales ne lui sont pas favorables. Son parti perd le leadership au profit des socialistes. Dans ce sillage les écologistes s’installent, et l’extrême droite se refait une santé. Même si le taux d’abstention est très élevé, le résultat de ces élections reste très significatif. A deux ans des présidentielles, l’avertissement est très sérieux. C’est vrai que la crise est passée par là, les résultats ne sont pas au rendez-vous, et les promesses électorales du candidat Sarkozy se sont évaporées ou sont devenues caduques. Qu’importe, notre propos n’est pas de nous perdre dans les méandres de la politique politicienne hexagonale. Ici, deux choses nous interpellent : le score du Front national (FN) de Jean-Marie Le Pen et la dégradation de la situation sociale qui impacte directement les Marocains de France, au même titre que les autres communautés d’ailleurs. Sur ces deux thématiques les données sont très inquiétantes. Le fameux débat sur l’identité française s’est retourné contre ses promoteurs. Aucun gain électoral. Bien au contraire, il a profité aux spécialistes racistes de la question. Le procédé de détournement de valeurs ne réussit pas à tous les coups. Il y a là une vraie limite au talent naturel de Nicolas Sarkozy de brouilleur de cartes professionnel. Soit en pratiquant une ouverture qui a perdu de sa pertinence politique, soit en trustant les thèmes de l’extrême droite xénophobe. La confusion qui résulte de tout cela se paie cash électoralement. Sur le plan social, la France s’achemine vers une politique d’austérité. Les observateurs ne voient pas pourquoi ce qui est valable pour la Grèce ne serait pas valable pour la France. Toutes choses étant égales, par ailleurs les deux pays prennent de la même manière leurs aises avec les critères de Maastricht. La dégradation de la situation sociale qu’imposeront les corrections nécessaires et incontournables des finances de l’Etat traumatisera davantage les populations les plus délaissées ou les plus défavorisées. Des lendemains très difficiles se profilent en France.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *