Éditorial

Ce que vivent les Polonais est dramatique. Le deuil qui les a frappés, et qui a décapité la classe politique du pays, est d’une ampleur telle qu’il est difficile pour nous de réaliser toutes ses implications. C’est dans les grandes épreuves que les grandes nations montrent leur génie et démontrent d’une capacité de résilience exceptionnelle. Le temps de la politique reprendra fatalement ses droits et les futures élections présidentielles  permettront de replacer à la tête de l’Etat polonais un nouveau leader. L’essentiel pour ce pays «central» en Europe par son histoire, son identité et sa foi est que ses institutions aient fonctionné à la perfection pour absorber un drame de cette nature. Tout est dit. Maintenant, pour relancer cet éditorial qui doit s’il était politiquement correct s’arrêter là, je dois recourir à une analogie avec notre vie institutionnelle et politique, nos politiques en général meurent paisiblement dans leurs lits, mais cela serait d’un mauvais goût, ou de convoquer une image qui montre la difficulté, chez nous, pour les jeunes —on perd toujours une génération — d’accéder aux responsabilités politiques. Je pourrai aussi, à la limite de la correction, recourir à une pirouette qui se voudrait humoristique et avancer que trois bataillons de jeunes, et de moins jeunes, sont prêts à assurer, illico presto, la relève si la tournure des évènements  nous y obligeait. Or grâce à Dieu le Tout-Puissant, nous ne sommes obligés à rien. Nous coulerons, tous, nos vieux jours interminables chacun  dans son coin. Le coin de ceux qui attendent. Et le coin de ceux qui attendent , aussi. L’un qui attend son tour. Et l’autre qui attend que l’autre passe son tour avant que tous les deux ne passent la main. Avoir une classe politique à toute épreuve, insubmersible, durable, infinie, inextinguible, etc. est le trait de vieilles nations, comme la nôtre, qui ont appris à apprivoiser le temps pour en faire du temps mort.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *