Éditorial

Les militants espagnols de «SaharaAcciones» sont des professionnels de l’agitation politique. Ils ont débarqué à Laâyoune — la capitale unioniste du Sahara — pour manifester en faveur des séparatistes. Une commande.  Il est clair que leur séjour n’allait pas être une sinécure. Pour deux raisons : les services de sécurité n’allaient pas laisser cette provocation ridicule prospérer, et la population unioniste dans son écrasante majorité allait s’y opposer avec fermeté. Le problème est vite devenu d’une autre nature. Comment protéger ces hurluberlus, qui doivent dire merci à la police marocaine, contre une population en colère. Ils n’ont qu’à manifester chez eux, cela serait plus simple pour tout le monde mais n’arrangerait probablement pas leurs commanditaires. Mais s’ils choisissent de croiser le fer à Laâyoune, ou ailleurs dans le Sahara marocain, ils doivent savoir qu’ils s’exposent à de graves ennuis. Maintenant imaginons que ce soit la Guardia civil de Mellilia qui soit chargée — qu’à Dieu ne plaise — du maintien de l’ordre à Laâyoune.  On aurait eu un bain de sang. Sinon on peut légitimement se poser une question au sujet de nos amis espagnols : sont-ils devenus fous? Ils nous brutalisent au Nord par une police raciste et ils nous provoquent au Sud  par le truchement de militants douteux et farfelus qui font une intrusion inacceptable et ridicule dans la capitale du Sahara marocain. Tout cela n’est pas très sérieux.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *