Éditorial

Le ministre français de l’Immigration et de l’Identité nationale, Eric Besson, 52 ans, né à Rabat, a épousé une étudiante tunisienne de 24 ans. Cette dernière est une arrière-petite-fille de Wassila Bourguiba ex-première Dame de Tunisie. Bien. Nos vœux, donc, aux jeunes époux à qui nous souhaitons bonheur, santé et progéniture fournie au service de la France-Maghrébine heureuse. Deux mots tout de même au sujet du jeune marié. Cet homme à qui l’on confierait — c’est déjà fait — une jeune Maghrébine sans confession est un des piliers de la radicalisation droitière du gouvernement Sarkozy. Quand il ne pérore pas sur l’identité française, il organise des charters d’expulsés. Quand il ne chasse pas, avec ses collègues, le Rom avec des techniques industrielles de sinistre mémoire, il théorise  les mille et une manières de déchoir un Français de fraîche date de sa nationalité. Les déchus du «sarkozysme» se ramasseront, bientôt, à la pelle. Les souvenirs et les regrets aussi. Bien avant 2012.  Pourquoi ce monsieur — un ex-socialiste en vue rallié à la sarkozie par dépit — qui avait tout pour être proche de nous, n’a-t-il pas plutôt convolé en justes noces avec Marine Le Pen? Il aurait été moins à l’étroit dans ses nouvelles idées. Mais c’est vrai, l’amour n’est pas forcément une affaire d’idées. Et il aurait  un peu perdu au change.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *