Éditorial

L’islamisme ou le chaos ? Cette assertion est en train d’être distillée implicitement par les «révolutions arabes» sans que les foules en colère ne réalisent vraiment les dangers de cette idée. Tout à son aveuglement légitime pour chasser les dictateurs, la foule arabe offre implicitement le pouvoir aux partis, c’est-à-dire les islamistes, les plus organisés, les plus structurés, et les plus en prise avec une opinion publique perdue. Les amis de Rached Ghannouchi en Tunisie s’organiseront assez vite. Et les Frères musulmans en égypte, déjà organisés, jouent un rôle central mais discret dans une rue égyptienne chauffée à blanc. Il est vrai que l’argument du danger islamiste a été utilisé, et usé jusqu’à la corde, par les dictatures sortantes pour consolider la bienveillance, parfois criminelle, de leurs soutiens occidentaux. La cécité française sur les évènements de Tunisie est à mettre sur ce compte. Les Américains anticipent en égypte : ils font adouber Mohamed ElBaradei par les Frères musulmans face à une armée dans une expectative calculée pour le contrôle d’une hasardeuse transition. Qui va doubler l’autre ? Le romantisme révolutionnaire arabe ou le pragmatisme islamiste froid? Barack Obama et son poker menteur ou l’Iran qui tire les ficelles en sous-main? La gestion post-révolutionnaire est aussi stratégique que la révolution elle-même. Une évidence que l’Histoire nous enseigne. La spoliation de la rue arabe de sa victoire est inscrite dans le mode émotif de son fonctionnement et de sa mobilisation. Les islamistes chez nous, tout à leur guerre ouverte contre le PAM qu’ils exploitent, désormais, habilement dans le contexte arabe actuel, veulent nous faire croire que l’apparente retenue «politique» dont font preuve les islamistes tunisiens et égyptiens est une preuve de leur attachement à la démocratie et à ses vertus. Nous demandons à voir et le doute est permis. Comme on dit en arabe marocain : «Quand les choses traîneront en longueur, elles vous plairont davantage.».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *