Éditorial

M Smail Mimoune, ministre algérien du Tourisme et de l’Artisanat, est un homme pragmatique. Pour permettre aux clients algériens du tourisme tunisien — privés de voyage  à cause des longs réglages post-révolutionnaires —   il a décidé de lancer une grande initiative. Celle-ci consiste à installer, comme dit le ministre, des camps en toile dans tout le pays. Une grande opération nationale en direction des 1,5 million d’Algériens qui se rendaient habituellement en Tunisie. C’est intelligent et téméraire. Ce ministre aura certainement, c’est sûr, une belle carrière dans les nouvelles institutions de la nouvelle Algérie qui ne se dessinent aucunement à l’horizon. Il anticipe. Loger tous les Algériens au camping national et obligatoire mais, surtout, ne pas leur permettre d’aller naturellement au Maroc, pays touristique par excellence, en ouvrant enfin ces satanées frontières fermées, unilatéralement, du côté algérien. C’est une nouvelle épopée du patriotisme  algérien. Mourir de chaleur sous la tente de l’état post-FLN plutôt que de vivre étouffé par la chaleur de la légendaire hospitalité des frères marocains. Moi, à la place des Algériens, je me méfierai des tentes du pouvoir. Tu pars pour 15 jours de vacances, tu en prends pour une vie. Cela fait 35 ans que ça dure à Tindouf. C’est vrai que le soleil est toujours au rendez-vous, mais c’est un peu trop.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *