Éditorial

«Après leur ratage égyptien et tunisien surtout, les pays occidentaux ne peuvent plus se permettre de soutenir publiquement leur allié marocain, même s’ils le font dans les coulisses. Une telle aide ne passerait pas devant leur opinion publique d’autant plus qu’il y a un mouvement de révolte structuré au Maroc. C’est pour ces raisons que l’aide des Algériens est plus que souhaitée pour maintenir la monarchie au Maroc. Il est très probable que des signes de normalisation des relations algéro-marocaines puissent apparaître clairement dans les semaines à venir. Il est aussi probable de voir les frontières rouvertes entre les deux pays voisins». Voilà comment une source improbable d’un site algérien d’information, apparemment très informée, rapporte l’imminence de l’ouverture de la frontière algéro-marocaine. Pourquoi donc ouvriraient-ils ces satanées frontières ? 1) C’est pour sauver le régime marocain qui est au bord du gouffre. C’est une inversion optique. Ils ont mis une vie, une génération complète, à vouloir détruire ce régime, et maintenant ils veulent le sauver. C’est plus qu’un miracle, c’est une rédemption. 2) C’est uniquement pour faire plaisir aux Américains et aux pays occidentaux. Voilà comment la valeureuse Algérie, fer de lance du tiers-mondisme et de l’autodétermination associés, sous le poids de son échec global, se «couche» désormais devant les «souhaits» occidentaux. Là ce n’est plus un châtiment, c’est une expiation. Vade retro, Satanas. Les raisons qui plaident pour l’ouverture des frontières sont simples. Pour les saisir, il faut juste ne pas y mettre beaucoup de «nif» — de la fierté mal placée  selon le thésaurus énervé  de nos voisins — et être un peu pragmatique. Sinon pour le reste, Dieu y pourvoira. Dans ce cas précis, il faut comprendre Dieu dans le sens de bonne gouvernance divine et de démocratie céleste !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *