Éditorial

Loin des thèses, analyses et impressions des uns et des autres, seuls les chiffres sont à même de renseigner sur l’état de santé d’une économie. On l’oublie parfois. Mais il y a chiffres et chiffres. Oui, le taux de croissance du PIB ou encore le déficit budgétaire sont des grandeurs fondamentales. Mais elles restent, comme d’autres grandeurs macroéconomiques, insuffisantes pour prendre la réelle température des agents économiques que sont les entreprises et les ménages. Pour bien le faire il faut descendre d’un cran, voire de deux pour voir ce que disent les chiffres de la méso et de la micro-économie. Tous les économistes vous le diront: les meilleurs baromètres d’une économie ce sont plutôt la consommation des ménages, l’évolution des crédits, d’équipement pour les entreprises et de consommation pour les ménages, l’évolution des ventes automobiles, les ventes de ciment, la consommation d’énergie et d’électricité…c’est là où on trouve les vrais indices. Et justement pour 2011, contrairement au pessimisme ambiant encouragé par certains, beaucoup de ces indicateurs sont bien dans
le vert. Alors laissons parler les chiffres…

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *