Éditorial

Le sida, la pédophilie, la prostitution, la drogue… il est loin le temps où de tels sujets étaient tabous. Et c’est tant mieux. C’est aussi la preuve que la société marocaine a considérablement changé et dans tous ses compartiments. Aujourd’hui, ce sont des instances des plus officielles qui en parlent et pas seulement la société civile. A l’instar du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et du ministère de la santé qui ont courageusement décidé de communiquer en toute transparence sur l’usage de la drogue chez les jeunes Marocains. Une société qui débat de ses maux, qui prend le temps de les analyser, d’en chercher les causes pour y apporter des solutions est une société saine. Mais il est important d’éviter que ces questions ne soient récupérées par des personnes ou des groupes à des fins politiciennes, populistes ou autres. Certains profitent de ce genre de débat pour essayer de faire porter la responsabilité à telle partie ou telle autre. Ce n’est pas le plus important. Les personnes qui souffrent, elles, attendent qu’on leur apporte plutôt des solutions concrètes et de l’assistance.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *