Éditorial

La campagne nationale de solidarité a démarré hier. Et c’est à Midelt que le coup d’envoi a été donné par le Souverain. Le message royal est fort puisqu’il arrive à un moment où plusieurs dossiers stratégiques sont à l’ordre du jour. La chasse à la pauvreté étant au cœur des priorités. Le Maroc s’y est engagé et les observateurs internationaux suivent de près les évolutions des indices sociaux du pays. Même les dernières négociations du dossier du Sahara avaient été conditionnées, en partie, par ce paramètre qui renvoie aux conditions humaines et à la dignité de l’Homme. Le Maroc avait justement marqué des points aux Nations Unies par sa politique sociale globale. Il s’agit donc aujourd’hui de poursuivre les efforts dans ce sens compte tenu des enjeux. Les campagnes de solidarité annuelles initiées par la plus Haute autorité le confirment largement. Il s’agira aussi, pour tous les acteurs concernés, d’utiliser les recettes des collectes – qui s’élèvent autour de 200 MDH annuellement- dans les projets les plus utiles et les plus édifiants pour pérenniser le processus et atteindre les objectifs fixés. La question de gouvernance n’est plus à débattre. Elle est la condition sine qua non pour une réussite de l’édification de tout un projet de société. Ce n’est que de cette manière que le Maroc réussira ses challenges. Le nouveau gouvernement est largement attendu à ce niveau-là…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *