Éditorial

Il n’est pas honteux ni dévalorisant pour un parti politique ou un député d’être dans l’opposition. Au contraire. L’opposition est par essence même perçue comme étant le défenseur du peuple et du citoyen, le contre-pouvoir face à l’administration et au gouvernement. Si dans les années 70, 80 et 90, l’USFP était populaire à un point tel que feu le Roi Hassan II avait opté pour l’alternance, c’est bien grâce à sa présence dans l’opposition. Tout le capital sympathie qui lui a permis de faire son score aux dernières élections, le PJD le doit en grande partie à ses quatorze années passées dans l’opposition. Donner la réplique à un  gouvernement et l’interpeller, éplucher et analyser les textes de loi, proposer des amendements et construire des argumentaires, c’est cela la formation de base d’un politicien. L’opposition est au final la vraie école de la politique. Même plus, c’est un passage obligé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *