Éditorial

Éditorial

Comme baptême de feu, le nouveau gouvernement ne pouvait pas rêver de mieux. A quelque chose malheur est bon. Les événements de Taza sont une excellente entrée en matière pour permettre à l’équipe de Benkirane de faire d’une pierre deux coups. D’abord, c’est l’occasion pour elle de nous faire découvrir son approche des problèmes et ses méthodes de travail. Une sorte de test grandeur nature. A qui veut l’entendre en effet, des ministres concernés de près par cette affaire, dont celui de la justice et celui de la communication, ont affirmé sans cesse que la meilleure approche, c’est le dialogue et la résolution des problèmes à la racine. Mais à côté, et c’est là le deuxième coup, le gouvernement Benkirane a clairement affirmé qu’il sera intraitable et ferme à l’encontre des fauteurs de troubles et des personnes impliquées dans des délits d’atteinte à l’ordre public et à la sécurité des personnes et des biens. Voilà un discours que le PJD n’aurait peut-être jamais cru devoir tenir un jour à l’égard de l’opinion publique. C’est le côté ingrat de la responsabilité…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *