Éditorial

Éditorial

Le vote largement en faveur de l’accord agricole est une victoire pour le Maroc, certes. C’est une preuve, s’il en faut encore, de la confiance et du sérieux du projet global que propose aujourd’hui le Maroc. Mais ce n’est pas tout. L’accord agricole n’est pas une fin en soi. Ce n’est que le début d’un nouveau processus. Le début d’un challenge pour notre agriculture et notre industrie agroalimentaire. Le marché européen s’ouvre à nous mais seuls en profiteront les opérateurs, agriculteurs ou industriels, qui seront capables de proposer des produits répondant aux normes de qualité et de sécurité exigées par les marchés européens. Et c’est là le véritable avantage de cet accord dans le sens où il aura un effet d’entraînement sur notre tissu économique. Pour profiter de ce marché qui s’ouvre à eux, les opérateurs marocains seront obligés de se mettre aux standards européens qui sont parmi les plus élevés au monde. Et, à moyen terme, ce label de l’Europe nous ouvrira les portes vers d’autres marchés.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *