Éditorial

Éditorial

Le Mouvement du 20 février célèbre aujourd’hui son premier anniversaire. La mouvance contestataire des jeunes, née il y a juste un an dans le sillage du Printemps arabe, semble ne pas lâcher le morceau, en dépit des réformes que connaît le Maroc actuellement et l’arrivée d’un gouvernement islamiste qui se dit lui-même réformiste. Hier, des sit-in et des manifestations pacifiques ont été prévus en fin d’après-midi à travers le Royaume à l’appel de leurs dirigeants. Si ces jeunes sont critiqués partout, il ne faut pas oublier que c’est grâce à leur mobilisation que plusieurs droits ont été acquis, à savoir une nouvelle Constitution qui consacre amplement les valeurs de citoyenneté. S’ajoute à cela, le Mouvement a certainement  contribué à la montée du PJD au gouvernement. Or, aujourd’hui, le M 20 février a perdu beaucoup de son éclat, l’élan puissant au départ s’étant émoussé au fil des semaines. Il est peut-être l’heure pour ce mouvement de faire le bilan d’une année de mobilisation et de militantisme et tirer les leçons nécessaires afin d’adapter leurs revendications au Maroc d’aujourd’hui.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *