Éditorial

Éditorial

S’il existait un classement mondial des études et diagnostics, le Maroc figurerait sans aucun doute parmi les champions, si ce n’est en tête. Depuis des décennies, les administrations et les ministères, entre autres, passent leur temps à diagnostiquer et étudier au gré de la rotation des ministres. Un des cas les plus emblématiques est celui du programme Moukawalati. Lancé en septembre 2006 avec un objectif ambitieux de permettre la création de 30.000 petites entreprises, le programme est manifestement un fiasco. Tout le monde le sait depuis des années. Des études ont été faites dans ce sens, en ont démontré, preuves à l’appui, l’échec cuisant, ont mis le doigt sur les raisons de l’échec et ont même proposé des mesures pour y remédier. Pas une fois et pas deux. Il y a un comité national de pilotage dont la seule mission, on dirait, est de diagnostiquer ce Moukawalati. Et voilà que depuis quelques jours, on a à nouveau décidé de faire appel à des consultants externes pour rediagnostiquer. Sans commentaires !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *