Éditorial

Éditorial

A nous les milliards de dirhams d’arriérés ! C’est ce que doivent attendre avec impatience les sociétés de distribution d’hydrocarbures à qui la Caisse de compensation doit encore un joli pactole : 15 milliards DH ! C’est l’une des facettes négatives de ce système dont on parle le moins. Il faut savoir qu’actuellement ces sociétés jouent presque le rôle de banquiers pour le compte de l’Etat. Beaucoup d’entre elles s’approvisionnent, paient et vendent leur produit au prix fixé par l’Etat mais doivent attendre que ce dernier leur reverse le complément au titre de la subvention. Et en attendant que l’argent de la Caisse arrive, souvent avec plusieurs mois de retard, les entreprises trinquent et sont obligées de payer des frais financiers mirobolants auprès des banques. Voilà une tare de plus qui milite en faveur d’une réforme urgente du système de compensation sans parler du fait qu’en termes d’efficacité et de ciblage on ne peut pas dire qu’il est efficient. Tout le monde y est perdant: l’Etat, les entreprises et même les ménages.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *