Éditorial

Éditorial

Le débat qui vient de s’enclencher sur la télévision publique est pertinent et il devait avoir lieu depuis longtemps. Cela dit, il ne règlera pas tous les problèmes. Le gouvernement, en tant qu’autorité de tutelle d’Al Aoula et de 2M, a le droit de vouloir fixer de nouvelles règles du jeu. Mais le débat restera toujours tronqué, voire superficiel, tant que les questions de fond, les vraies, ne sont pas posées. Pour quelles raisons l’Etat ne veut-il pas ouvrir le champ à des télévisions privées ? Si on doit les garder, pour des raisons de service public, les télévisions étatiques ne devraient-elles pas plutôt être indépendantes du gouvernement ? Car à ce rythme, si chaque gouvernement vient avec sa philosophie et sa manière de voir les choses, on aura un changement de cap, de ligne éditoriale, tous les cinq ans. De plus, une télévision qui est sous l’autorité du gouvernement c’est un peu comme un journal partisan à qui on ne peut évidemment pas demander d’être totalement impartial…Vivement des télévisions privées !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *