Éditorial

Éditorial

Le cafouillage suscité par les déclarations du chef de gouvernement lors d’une rencontre de son parti ou du moins ce qui en a été rapporté par une agence de presse est une bonne occasion pour Abdelilah Benkirane d’affiner sa communication. D’abord sur le contenu. Jadis, quand il était patron d’un parti d’opposition, de tels propos étaient plus ou moins naturels. Mais à présent, il est le chef de gouvernement, il a accepté les règles du jeu et doit par conséquent être prudent quant à l’interprétation qui peut être donnée à tout ce qu’il dit. Mais une fois n’est pas coutume, c’est la forme qui pose le plus problème. A ce jour encore, il n’y a pas véritablement de canaux de communication officiels avec la Primature. Autant les ministres, dont ceux du PJD, ont multiplié les rencontres formelles et informelles avec les médias, autant, du côté du chef de gouvernement, la communication ne semble pas figurer parmi les priorités.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *