Éditorial

Éditorial

Faire du benchmark pour réformer est une excellente chose. Remplacer le système de subventions désormais inopérant de la Caisse de compensation par le mécanisme des aides financières directes conditionnées, à la manière des «Bolsa Familia» brésiliennes, peut être une bonne idée. Mais quand on s’inspire d’une expérience étrangère, il faut s’assurer que les ingrédients qui ont fait son succès ailleurs sont présents chez nous. On peut conditionner les aides par la scolarisation et la vaccination des enfants. Mais que faire quand les ménages sont à des dizaines de kilomètres, voire plus, de l’école et du dispensaire le plus proche? Les Bolsa Familia ont fonctionné au Brésil parce que, derrière, l’Etat s’est assuré de rapprocher l’école, les fameuses écoles communautaires, et le centre de santé. Autrement, on se retrouvera à verser aux ménages pauvres des aides qu’ils dépenseront entièrement, voire plus, pour le transport. Ce qui n’est évidemment pas l’objectif de la réforme.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *