Éditorial

Éditorial

Mise à niveau et amélioration des conditions de travail dans nos tribunaux, motivations des fonctionnaires et des magistrats, simplification des procédures et des textes…tous sont des passages obligés pour réformer la Justice. Certes. Mais ce n’est malheureusement pas suffisant. Car au moment où la mobilisation est générale autour de cette réforme, il y a encore, dans nos tribunaux comme en dehors, des fonctionnaires, des magistrats, des avocats et d’autres intervenants et intermédiaires qui continuent de fonctionner et de sévir comme si de rien n’était. Aujourd’hui encore, moyennant quelques milliers ou une dizaine de milliers de dirhams, selon la gravité du cas, le justiciable peut avoir jugement en sa faveur, raccourcir les procédures et même se faire livrer les extraits de jugement à son domicile un jour de week-end. Même face à des justiciables devenus de plus en plus discrets et pudiques, quand il s’agit de donner de l’argent, ces fonctionnaires véreux affirment que rien n’a changé et ne changera pas. La Haute instance de la réforme fait un travail de fond nécessaire qui sera malheureusement inutile si les tribunaux ne sont pas réellement nettoyés.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *