Éditorial

Éditorial

Quand on est en pleine course, le nez dans le guidon comme on dit, il faut prendre le temps de marquer des arrêts pour faire des bilans d’étapes. Cela permet de voir le chemin qui a été parcouru, ce qui reste à faire, ce qui devait être fait et qui ne l’a pas été… Le discours du Trône prononcé par le Souverain hier, lundi 30 juillet, fait partie de ces moments importants. Importants parce que, en plus de leur effet en termes de remobilisation et de motivation, ces exercices de récapitulation permettent de mettre en cohérence tous les grands chantiers, d’établir un fil conducteur entre tout ce qui a été fait à ce jour, tout ce qui est fait aujourd’hui et les grands projets d’avenir. Pris par la gestion du quotidien, le gouvernement n’a pas toujours cette capacité de prendre de la hauteur pour avoir une vision d’ensemble, surtout sur le long terme.
Quand le Roi procède de la sorte, et au-delà du contenu de ses propos, c’est une démarche et un état d’esprit qu’il faut retenir : un modèle de société se construit sur plusieurs décennies et générations et il ne faut pas céder au diktat du court terme ni aux contraintes conjoncturelles.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *