Éditorial

Éditorial

Il ne se passe pratiquement pas une semaine sans qu’un incident ne vienne remettre en cause l’homogénéité de l’équipe gouvernementale. Le dernier en date est bien évidemment la publication, par le ministre chargé des relations avec le Parlement, de statistiques sur l’absentéisme des membres du gouvernement au Parlement. Au-delà de l’utilité et surtout des vraies intentions de la publication de telles informations, il convient aujourd’hui de se poser des questions sur la présence d’une concertation et une coordination préalable au sein du gouvernement. Il existe actuellement un sentiment chez les citoyens que le gouvernement végète dans un grave flottement dont on ne trouve pas exemple dans les gouvernements précédents même ceux formés que par des technocrates, ne disposant donc pas de la légitimité des urnes. Dans tout gouvernement de coalition, la coordination et le consensus sont les ingrédients essentiels pour toute réussite. Or, le PJD qui est, certes, le chef de file de la majorité, donne l’impression à travers les sorties de certains de ses ministres de mener un gouvernement d’une majorité absolue. Si telle est la situation quelques mois seulement après sa formation, on se demande comment les choses vont évoluer au sein du gouvernement durant les quatre prochaines années de son mandat.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *