Éditorial

Éditorial

En choisissant la «touiza» pour donner le coup d’envoi de la campagne agricole, le Souverain a manifestement transmis plusieurs messages au sens profond. D’abord, le concept de la «touiza» trouve son origine dans la tradition rurale marocaine authentique. Depuis la nuit des temps, les petits agriculteurs, sous l’impulsion de la j’maâ, avaient l’habitude d’unir leurs efforts, de mutualiser leurs moyens pour être plus efficaces au moment du labour ou de la moisson. Le Plan Maroc Vert, pour sa part, s’appuie en grande partie sur le principe de l’agrégation. Or, qui dit agrégation dit forcément mutualisation des moyens et union de petits agriculteurs. Cela veut dire que nos petits agriculteurs, aussi traditionnels qu’ils puissent paraître, sont parfaitement réceptifs à de tels concepts. D’un autre côté, pratiquer la «touiza» est manifestement le meilleur moyen de donner tout leur sens aux valeurs de la solidarité et de l’entraide et de montrer aussi que ce sont des valeurs ancrées dans la société marocaine. Pour faire face aux défis qui se posent à nous aujourd’hui et qui requièrent justement beaucoup de solidarité nationale et de cohésion sociale, nous n’avons pas forcément besoin de faire des benchmarks à l’international mais simplement de puiser dans nos traditions.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *