Éditorial

Éditorial

Il semblerait que le Maroc se dirige cette année vers la réalisation d’un nouveau record macabre. La barre des 4.000 victimes des accidents de la route pourrait être largement dépassée en 2012. Durant les premiers huit mois de l’année en cours, les routes ont fait, selon les statistiques officielles, 2.712 morts. Et le compteur tourne toujours. Hier mercredi, un autocar s’est renversé  sur l’autoroute reliant Settat à Casablanca coûtant la vie à huit personnes et faisant 18 blessés dont 4 grièvement. Ce nouvel accident dramatique intervient alors que le nouveau code de la route boucle sa deuxième année.  Entré en vigueur le 1er octobre 2010, ce code qui fut présenté comme une solution miracle pour stopper l’hémorragie sur nos routes, peine encore à donner des résultats. Pire. Les statistiques démontrent que le nombre de morts est dans un trend haussier. Le coût économique est, quant à lui, très impressionnant dépassant les 11 milliards de dirhams annuellement, soit 2,5% du Produit intérieur brut (PIB). Dire qu’on a décrété une hausse des carburants à la pompe pour économiser 5 milliards
de dirhams…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *