Éditorial

Éditorial

bienvenus dans le public et ceux du public interdits dans le privé. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, il s’agit bel et bien de deux décisions du gouvernement. La première devra autoriser des praticiens du secteur privé à exercer dans les hôpitaux publics. La deuxième, qui vient d’être prise lors du dernier Conseil de gouvernement, devra interdire les médecins du public à exercer dans les cliniques privées. Le ministre de la santé s’est probablement rendu compte qu’avant de faire appel aux médecins du privé pour faire face au manque des ressources humaines, il fallait plutôt s’assurer d’abord que les médecins du public se consacrent pleinement à leurs fonctions dans les hôpitaux. Les responsables ont dû prendre cette décision -qui ne date pas d’aujourd’hui- probablement après avoir découvert l’ampleur de ces pratiques. Des estimations disent que 90% des médecins du public ont exercé ou exercent toujours dans le privé. Carrément ! Et si, en fait, les médecins du public et du privé étaient les mêmes ?

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *