Éditorial : Le caillou et la chaussure

Le caillou a changé de chaussure. Vraiment. Houari Boumediene et, son ami, Abdelaziz Bouteflika avaient  conçu l’affaire du Sahara comme un caillou dans la chaussure du Maroc. L’objectif était de faire claudiquer ce pays pour contrarier sa marche, et mieux, pour ces fabuleux stratèges, de contribuer — par la déstabilisation —  à un changement de régime dans une monarchie exténuée qui sort exsangue de deux tentatives de coup d’Etat. L’histoire en a décidé autrement. La Marche Verte a ressoudé le front politique intérieur. Le développement durable des provinces a été lancé — inexorable et vérifiable. Le front politique intérieur, plus fort que jamais, a créé les conditions d’une transition politique, une démocratisation, soutenue depuis au moins 1991. L’ouverture économique et les mises à niveau induites ont fini par permettre au pays de gérer les crises mondiales d’une manière satisfaisante, et, mieux, d’amorcer depuis un cercle vertueux de croissance qui ne s’est rarement démenti malgré des pics de sècheresse sévère. Toutes ces tendances se sont confirmées depuis 1999. Et des consolidations notables ont été, alors, enregistrées dans le domaine de la solidarité et de la redistribution. Des droits de l’Homme, y compris en regardant le passé en face. De la liberté d’expression, du pluralisme et de l’État de droit. Les partenaires du Maroc ont soutenu ce parcours : un Statut avancé avec l’UE. Des accords de libre-échange avec plusieurs pays dont les USA. Ce pays à qui on avait placé un caillou dans la chaussure, a fait du chemin. Peut-on, sérieusement et honnêtement, en dire autant de l’Algérie ? L’Algérie traîne, désormais, l’affaire du Sahara comme un boulet. L’âme en peine. Une nostalgie morbide. Elle perd, sans résultat, une énergie folle au détriment des nécessités de son propre développement. Vraiment, le caillou a changé de chaussure.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *