Gouverner sans Rainier

Nos fins limiers de l’article 19 de la Constitution n’ont pas remarqué une chose, pourtant capitale. Que va devenir Monaco après le décès du Prince Rainier ? Peut-on à Monaco gouverner sans Rainier ? Silence radio! Nos constitutionnalistes amateurs en ont le sifflet coupé. La principauté ne les inspire pas. Le destin d’Albert et de ses sœurs non plus. C’est dommage.
Et pourtant, on était en mesure d’attendre de la frange la plus éclairée de notre société civile médiatico-politique au moins une petite mobilisation matinale sur ce sujet. Rien. On dirait un début de débandade sur le sujet. Cela est bel et bien intrigant. Depuis la dernière proposition, qui ne manquait pas de panache, sur la probabilité d’un éventuel  Émirat  potentiel au Sahara marocain les ouvertures lumineuses se sont taries d’un seul coup.
Maintenant, si vous me demandez mon avis, moi, j’ai une réforme constitutionnelle à proposer. Ouais, mais il vous faut insister. Je ne donne pas mes idées comme ça.  
Un. Il faut séparer le Législatif de l’Exécutif. Ça a l’air banal, mais c’est le principe de base. Pour y arriver, il faut envoyer tous nos députés en voyage d’études à l’étranger pour cinq ans. Quand ils reviennent, on fait repartir les nouveaux élus. On confie l’organisation des élections à Atlas Voyages, Chérif Alami fait très bien les choses.
Deux. Séparer l’Exécutif du Législatif dans le cas où la première disposition ne marcherait pas. Multiplier les Commissions mixtes à l’étranger pour les ministres qui ne foutent rien. Comme ça, ils laisseront les autres bosser.  
Trois. Laisser le gouvernement gouverner. En clair, permettre à Jettou avec le soutien de Héjira, Ghellab, Douiri, El Gahs, Mézouar et Boussaïd de finir le job. Ils en ont pour 15 ans. Entre-temps, Ahmed Osman aura tout le temps, jusqu’en 2020, de fignoler sa liste de ministrables sans fâcher personne.
Quatre. Limiter les pouvoirs du Roi à l’action de l’exécutif. Cela s’appelle une monarchie exécutive. Et c’est la nôtre aujourd’hui. Il faut être très clair sur ce point important. S’il faut limiter le pouvoir  du Roi à l’ambition qu’il a pour notre pays alors que demande le peuple ? Harassés par 50 ans de débat constitutionnel, les Marocains  veulent, désormais, de l’action, des réalisations et de la réussite. Ouvrir, de nouveau, un débat oiseux alors que notre réalité institutionnelle ne l’impose pas, sauf, peut-être, dans la perspective d’une plus large régionalisation, est un déni de justice contre ce pays.
Cinq. Élargir le territoire du Premier ministre. Il faut y ajouter Sebta, Melillia, l’ilôt Péréjil, Derb Ghallef, Lahraouiyine et bien d’autres.  
Six. Affirmer l’indépendance des juges en supprimant le Parquet. C’est-à-dire le ministère public. Pour y arriver, mettre les juges à la commission. Non pas rogatoire, mais l’autre. Ils sauront ainsi optimiser les situations et garantir, eux-mêmes, leur indépendance. Le garde des Sceaux ira à la plage. Avec un seau, on peut tout y faire.    
Sept. Dissoudre tous les ministères de souveraineté. C’est-à-dire fermer tous les Offices, les établissements publics et affiliés. Ces gens qui ont de l’appétit nous coûtent énormément cher en frais de bouche avec un résultat, si peu libéral.  
Huit. Créer une ONG pour gérer la politique de Défense nationale. La CGEM peut nous régler ce problème avec sa très grande expérience dans la défense des intérêts de ses membres à jour de leur cotisation et proches du président.   
Neuf. En politique étrangère, inscrire dans la Constitution Mohamed Benaïssa comme ministre à vie et ne jamais le débrancher, sauf avis contraire de la Cour suprême, si un coma prolongé ne touchant pas les organes vitaux intervient.
Dix. Dissoudre tous les services nationaux de sécurité, en confiant le boulot à une boîte d’intérim sérieuse choisie par l’AMDH comme instance de régulation. Ces gars connaissent tellement les flics qu’on ne sait plus de quel côté se trouve l’expertise.
Voilà, en dix points, le boulot est fait. Rainier peut s’éteindre tranquillement et nous, gouverner efficacement. Il faut juste valider ce schéma par un cassandre éditorialisant  qui nous promet, pour vendre, le grand soir chaque semaine. Pour le reste, vous pouvez me faire confiance.  Ça ira.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *