Incohérence…

Incohérence…

Depuis quelques mois, le clan favorable à un troisième mandat de Benkirane à la tête du PJD a lancé une OPA qui n’aboutira donc jamais.

En effet, le conseil national du parti a voté contre, à la majorité de ses membres, non pas pour barrer la route à un individu mais plus probablement pour préserver ce qui a toujours fait la force du parti, à savoir son indépendance vis-à-vis de personnes en particulier et sa fermeté quant à l’application impartiale des règles de fonctionnement interne sans considérations individuelles ni dérogations. Naturellement, en marge de la bataille autour de la modification des statuts, qui a duré plusieurs semaines, il y aura des dommages collatéraux et des réajustements à faire.

Ce sera au prochain patron du PJD de clarifier les positions. Et certains ténors aussi devront le faire. A l’image, entre autres exemples, du ministre chargé des relations avec le Parlement, Mustapha El Khalfi, qui à la veille de la réunion du conseil national s’est publiquement rangé du côté du clan appelant à un troisième mandat en faveur de Benkirane. Si l’on comprend bien, celui qui est actuellement «ministre» estime que personne n’est aujourd’hui en mesure de diriger le PJD, fût-ce Saâd Eddine El Othmani, l’actuel chef de gouvernement comptant pourtant le même El Khalfi dans ses rangs. Il est évident que chacun est libre de prendre et défendre les positions qui lui semblent opportunes et justes. Mais il y a tout de même un minimum de cohérence à respecter…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *