Le code génétique sioniste

Le code génétique sioniste

Uzi Landau est le ministre israélien de la Sécurité intérieure. Cela en soi ne veut rien dire. Mais quand on a affaire à un criminel potentiel et à un provocateur consommé on se demande ce qu’il peut raconter d’intéressant, rapporté par l’AFP, au quotidien français Le Monde dans son édition du vendredi.
La haine sioniste à l’état pur. M. Landau s’assume et assume son discours en toute responsabilité.
L’insolence raciale dans ce qu’elle a de plus abject : « La destruction d’Israël est inscrite dans le code génétique de l’Autorité palestinienne. Nous devons prendre des mesures beaucoup plus dures contre elle ». Vous admettrez aisément que quand on commence à s’exciter sur le code génétique de son adversaire, on peut aller très loin. Mais le problème avec les sionistes d’aujourd’hui, c’est qu’ils n’ont aucune notion de la mémoire, de l’histoire de leur peuple ou de ses sacrifices. L’idéologie sioniste de Sharon et de ses complices sanguinaires a privé une très bonne partie des juifs israéliens de leur mémoire, de leur histoire et même de leur identité juive. Quand un ministre chargé de la Sécurité se répand sur des considérations génétiques, racistes et dangereuses, sur ses adversaires aucun juif au monde ne peut se taire sur cette ignominie. Il doit savoir dans sa chair ce que cela veut dire. Le sionisme aujourd’hui est une forme de manifeste et incontestable de racisme. Uzi Landau qui est membre du comité directeur du Likoud, principal parti de la majorité gouvernementale israélienne, veut envoyer Arafat à Tunis : « C’est une question tactique, une question de moment politique. Il ne faut pas exclure cette éventualité. Aujourd’hui, il est déjà coincé à Ramallah, sans possibilité de bouger, comme un paria ». Voilà un autre mot que les juifs connaissent bien «paria». La rhétorique de ce Landau nous intrigue de plus en plus. Qu’il fasse sa politique, sioniste de surcroît, est une chose. Mais qu’il se vautre dans le langage le plus racisme, en empruntant avec délices les mots qui ont fait les heures de gloire du discours anti-sémite cela est plus que consternant. C’est complètement criminel.
Dans une mise en abîme dont seule l’Histoire a le sens, les sionistes d’Israël font revivre aujourd’hui le discours et l’idéologie de leurs tortionnaires nazis dans un parallélisme des formes verbales, dans des situations et des actions qui nous renseignent plus sur le dérapage schizophrénique d’un Etat en rupture d’humanité que sur une quelconque légitime défense ethnico-religieuse. M. Uzi qui a un nom d’arme à feu menace. Il lance à l’adresse des autres « responsables politiques » palestiniens : « qu’ils retournent à Tunis ». « Les accords d’Oslo ne sont pas la solution au problème. Ici, ils sont le problème. Les Palestiniens ont lancé cette Intifada parce qu’après Oslo, ils se sont sentis plus forts. Il faut donc, comme en Afghanistan, détruire ici les infrastructures de la terreur ». Tout y passe. M. Landau procède par amalgame, par tromperie, par malhonnêteté. Ben Laden n’est pas Arafat. L’OLP n’est pas Al Qaïda. Et la Palestine n’est pas l’Afghanistan.
Israël produit des terroristes palestiniens depuis 50 ans. Ils sont de qualité « terroriste » de plus en plus excellente. Des normes incomparables. Ce n’est plus la bombinette qu’ils lancent en fuyant comme par le passé, c’est leur crâne, et ceux des autres, qu’il font exploser en pleine rue, en ratant une fois sur cinq leur cible. Ça c’est made in Israël et M. Uzi n’y peut rien changer. « C’est la lutte à mort entre les Palestiniens et nous, et tant que les Palestiniens auront de l’espoir la terreur ne cessera pas ». Un feu d’artifice de haine auquel certainement correspondra bientôt une fontaine de sang d’innocents, une montagne de cadavre d’enfants entassés dans des terrains vagues miséreux, des centaines de civils fauchés par des kamikazes motivés par M. Uzi et ses amis sionistes.
Ça continuera tant des Uzi existeront dans la vie politique israélienne. Ils nous promettent que des morts, des morts, des morts… Après ils font dans l’humour macabre : « La différence entre Arafat et le Cheikh Yassine du Hamas est la même qu’entre l’étrangleur de Boston et Jack l’éventreur. Tous deux sont assassins. Seule la manière de tuer diffère. » Merci M. Uzi, gardez vos références morbides et votre humour sanguinaire. Mais à chaque fois qu’un Israélien moura dans un attentat, j’aurai une pensée pour vous. Car vous êtes le parfait et le vrai criminel de cette guerre dont seuls les innocents paient le prix. Un jour vous passerez à la caisse de l’histoire.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *