Le modèle sicilien

«Le Maroc serait intéressé par le modèle sicilien  en matière de régionalisation». Cette affirmation du ministre Talbi Alami à la suite d’une rencontre avec un responsable sicilien en visite au Maroc nous rend très inquiets. Soit notre ministre est un doux rêveur, soit il complote imprudemment contre la sécurité du Royaume. Notre pays déploie des efforts, considérables et intenses, ces dernières années, pour rompre, justement, avec ce modèle de gestion des collectivités locales, et voilà  que l’on veut nous replonger dans cet enfer «bastrien»— ça vient de Jean-Paul Bastre, un philosophe de la Chaouia . Le modèle scandinave et ses douceurs, le modèle allemand et  ses rigueurs, le modèle espagnol et ses intelligences, le modèle français et ses complexités, oui, mais pas le modèle sicilien. On a déjà donné. Des villes en coupes réglées. Un urbanisme corruptible. Des périmètres urbains élastiques. Des espaces verts flottants. Des autorisations de construire à la tête du client. De minces épaisseurs de bitumes variables. Des éradications imaginaires de bidonvilles. Des appels d’offres boomerang. Sidi Moumen. Tout cela nous l’avons connu, et la gazette du palais de justice en parle encore. Maintenant, il n’y a qu’un seul truc à faire absolument, c’est empêcher la délégation sicilienne de rencontrer le CORCAS. Vous voyez ce que je veux dire ? —Non. Je me comprends.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *