Le PMV, bien plus qu’une politique sectorielle…

Le PMV, bien plus qu’une politique sectorielle…

En 10 ans, ce ne sont pas moins de 105 milliards DH qui ont été injectés dans la modernisation et la mise à niveau du secteur qui ont permis la création de quelque 250.000 emplois.

Après des décennies d’hésitation, de tâtonnement et de tentatives de rafistolage, dont beaucoup ont échoué, il a fallu attendre 2008 pour qu’enfin on tienne le bon bout. Le Plan Maroc Vert a réussi à mettre l’agriculture marocaine sur la bonne voie. Et ce sont les chiffres qui le disent.

Les exportations agricoles et agroalimentaires du Maroc, qui ont atteint quelque 31 milliards DH, soit 12,5% des exportations globales du Maroc, sont désormais sur la deuxième marche du podium de notre balance commerciale derrière le phosphate et ses dérivés. C’est 34% de plus que le niveau de 2008, au moment du lancement du PMV, et presque trois fois ce qu’exportait le Maroc il y a 20 ans.

Le poids du secteur agricole dans l’économie est aujourd’hui indéniable avec une valeur ajoutée de 111 milliards DH en 2017, soit +44% par rapport à son niveau de 2008. Depuis 2008, enfin, le PIB agricole a réalisé un taux de croissance annuel moyen très soutenu de +7,3%, soit plus que le double du rythme de croissance de toute l’économie.

Ces performances sont d’abord le résultat de l’effort d’investissement sans précédent consenti aussi bien par les pouvoirs publics que par le secteur privé. En 10 ans, ce ne sont pas moins de 105 milliards DH qui ont été injectés dans la modernisation et la mise à niveau du secteur qui ont permis la création de quelque 250.000 emplois.

400.000 hectares ont ainsi été équipés en nouvelles techniques d’irrigation, 700.000 hectares reconvertis aux cultures à forte valeur ajoutée, notamment l’arboriculture fruitière et le maraîchage, ce qui a permis au passage une nette amélioration des conditions de millions de petits exploitants sans parler de la grande agriculture moderne marocaine qui a gagné des positions nouvelles sur les marchés internationaux.  Aujourd’hui, le Maroc est le 3ème exportateur de produits agricoles de la zone Mena et le 4ème en Afrique.

Si l’on ajoute à cela tout le potentiel qu’offre l’expertise marocaine à l’agriculture africaine, cela donne au Plan Maroc Vert une dimension qui va au-delà de la politique sectorielle. C’est un véritable modèle de développement intégré dont la démarche et la philosophie pourraient fortement inspirer…

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *