Navrés de vous décevoir

Navrés de vous décevoir

Depuis le lancement d’ALM (Aujourd’hui Le Maroc) en novembre 2001, nous savions que tous les confrères très mal intentionnés qui s’inquiétaient, bruyamment et insidieusement, sur la pérennité de notre entreprise avaient plus de souci à se faire pour eux-mêmes que pour nous.
Rapidement, nous avons eu l’intime conviction que leurs malveillantes inquiétudes à notre égard étaient moins le fruit d’analyses expertes ou professionnelles qu’un voeu embrasé et un souhait ardent de voir leurs sombres prédictions se réaliser. Les chemins de la haine et de la mauvaise foi nous demeureront toujours mystérieux. On a rarement dans une chronique journalistique l’occasion de citer le Saint Coran, mais ce verset de la sourate Ya Sin est d’un grand secours contre les esprits malins : «Que leurs paroles ne t’affligent donc pas ! Nous savons ce qu’ils cachent et ce qu’ils divulguent».
Aujourd’hui, nous sommes navrés de les décevoir. L’horizon d’ALM est bien dégagé et les perspectives de développement sont réelles et prometteuses. Ce qui n’est pas, bien entendu, leur cas. Prenons, par exemple, et à titre complètement charitable, la situation des publications de Media Trust : Assahifa et le Journal hebdomadaire, qui nous accordent apparemment beaucoup d’intérêt. Nous sommes, pour ce qui nous concerne, très sérieusement inquiets pour leur avenir mais on ne l’exprime ni avec le même «désir malsain» ni avec la même «amertume morbide».
Le respect que nous devons à nos lecteurs et la haute idée que nous avons de notre profession nous interdisent d’exercer une espèce de sagacité de mauvais aloi sur une entreprise de presse au bord du dépôt de bilan après que toutes les tentatives, parfois pathétiques, de sauvetage, y compris celles formelles auprès de représentants de l’État, eurent échoué.
Nous laisserons la métaphore du chameau ou celle de la paille et de la poutre à ceux qui manquent d’imagination. Mais la simple pudeur aurait requis de leur part un peu de retenue. C’est dommage pour eux. Que ALM, après neuf mois d’existence, ait pu réussir le rapprochement stratégique, annoncé sur nos propres colonnes, avec un groupe de presse marocain, sain et professionnel, est une validation de notre démarche qui considère que l’avenir appartient plus à de vraies entreprises de presse en synergie qu’à des aventures individuelles de presse fondées sur une espèce de chantage politique ou, pour certains, de chantage tout court.
Que notre journal ait pu, également, dans ce sillage créer une vraie dynamique autour de lui en suscitant l’intérêt de partenaires privés rigoureux et dotés d’une vraie vision pour le secteur de la presse et de la communication est une marque de confiance que nous recevons comme telle. Là aussi, nous considérons que nos efforts professionnels, ceux de la rédaction et de tous les départements du journal, sont couronnés de succès. Finalement, que l’entreprise ALM Publishing soit prête, aujourd’hui, et en ordre de marche, avec d’autres groupes de presse, pour relever les défis de la libéralisation multimédia telle que cela a été annoncé par le Souverain dans le discours du Trône et à laquelle nous entendons participer de toutes nos énergies, est l’expression de notre croyance, sincère et totale, en l’avenir de notre pays et en son potentiel. La modernisation des médias et de la presse ne peut se faire que s’il y a une convergence réelle entre les vrais professionnels et les investisseurs privés de référence dans une sorte de «New Deal» qui exclut justement l’amateurisme ravageur, la stigmatisation gratuite, les postures moralisatrices stériles et les zizanies haineuses et contre-productives.
PS : ALM prend son congé annuel du 2 au 17 août et à cette occasion, nous tenons à remercier tous nos partenaires qui ont cru en nous jusqu’au bout, malgré toutes les entreprises de désinformation et nos lecteurs pour leur fidélité à l’égard d’un journal qui, finalement, n’est qu’à l’aube de sa vie. Puisse Dieu, le Tout-Puissant, nous prêter longue vie et éloigner de notre chemin les esprits maléfiques, les envieux sournois et les coeurs noirs. Amen.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *