Nous assumons


«Le Directeur du quotidien "Aujourd’hui Le Maroc", M. Khalil Hachimi Idrissi, a été entendu, vendredi, par la police judiciaire sur instruction du procureur du Roi près le tribunal de première instance de Rabat, apprend-on de sources autorisées. La convocation de M. Hachimi Idrissi, précise-t-on de mêmes sources, est en relation avec les déclarations faites au quotidien par M. Fathallah Arsalane, porte-parole du mouvement non reconnu "Al Adl Wal Ihssane", dans lesquelles il dit soutenir les propos de Mme Nadia Yassine, membre du même mouvement, publiés la semaine dernière par l’hebdomadaire "Al Ousbouâaya Al Jadida". Mme Yassine, qui avait soutenu notamment que "la monarchie ne convient pas au Maroc", et M. Abdelaziz Koukas, directeur responsable d’"Al Ousbouâaya Al Jadida" seront déférés, le 28 juin courant, devant le tribunal de première instance de Rabat, rappelle-t-on. Les mis en cause avaient été auditionnés, en état de liberté, par le procureur du Roi près le même tribunal. Mme Nadia Yassine avait été convoquée, vendredi dernier, par la police judiciaire sur instruction du procureur du Roi près le tribunal de première instance de Rabat».
C’est en ces termes laconiques que la MAP a rendu compte de notre audition par la PJ de Rabat au sujet de l’affaire Nadia Yassine. Pour nous, il n’y a aucun état d’âme. Nous exerçons notre métier en toute responsabilité et nous assumons nos prises de positions.
Les principes qui nous animent et les valeurs que nous défendons à ALM sont connus. Ce ne sont pas des postures conjoncturelles ou des attitudes factices.
Nous sommes extrêmement clairs vis-à-vis des intégristes illuminés, des Salafistes criminels, des mercenaires séparatistes, des notables maîtres-chanteurs, des bourgeois casablancais suicidaires ou des nihilistes irresponsables. Par ailleurs, notre attachement à la monarchie constitutionnelle et aux valeurs qui la fondent est profond et trouve son ressort dans un patriotisme assumé et moderne. Nous défendons la citoyenneté, l’Etat de droit, la démocratie et nous militons pour un projet social juste et solidaire.
Alors que l’on ne compte pas sur nous pour, dans le cadre d’un Etat de droit, empêcher un procureur de faire son travail ou faire obstacle à la justice. Nous assumons.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *