Petit bonjour

Il faut écouter la complainte des petits partis qui refusent le scrutin de liste et ses modalités. Elle est légitime. Ceux d’entre eux qui n’avaient pas obtenu au moins 3% des voix aux dernières élections sont exclus de droit de la prochaine votation. Et pour 2007, toujours, ceux qui passeront ce filtre et qui n’auront pas obtenu plus de 7% de suffrages exprimés seront laminés. Alors les petits partis pleurent dans leur coin, cela se comprend. Et que ceux qui doutent de leurs forces, mêmes citoyennes, ruent dans les brancards, cela se comprend, aussi, aisément. Alors que faire ? Rien dans l’immédiat. Il faut juste invoquer les grands principes. 1- Sortir les sortants est une très mauvaise idée quand on n’a strictement aucune forme de garantie morale concernant les entrants, sachant que les sortants d’aujourd’hui étaient, aussi, les entrants d’hier. 2- Un aigrefin dans la majorité ressemble beaucoup à un aigrefin dans l’opposition. La seule différence est que le premier, on peut le trouver, parfois, à la tête d’une commission d’enquête parlementaire. Le second pouvant être, naturellement, son adjoint. La prudence est donc de mise. 3- Un ministrable potentiel d’un grand parti est plus vorace que celui d’un petit parti. Une question de légitimité et, surtout, une affaire d’estomac. À la deuxième ou troisième génération de ministres dans une même famille, le métabolisme est au point. 4- Il ne faut jamais demander à la dinde de faire le menu de Noël. Sinon ça peut tourner à la farce. C’est tout.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *