Petit bonjour

Driss Jettou a, notamment, et entre autres, déclaré devant les conseillers de la deuxième Chambre que le bilan du gouvernement dans le domaine social «incite à la satisfaction». Nous sommes d’accord avec lui. Il incite à la satisfaction, il induit de la fierté, il suscite la considération, il conforte l’estime, il excite la convoitise, il sollicite la reconnaissance, il témoigne du respect, il titille l’honneur, il favorise le bien-être, il flatte les sens, il produit du ravissement, il génère du contentement, et il stimule le plaisir. Il reste cependant une remarque de fond. Qui est le «malfaiteur», linguistiquement parlant, qui a écrit, ou traduit, le discours du Premier ministre ? Il est, à mon sens, absolument impossible, aujourd’hui, de défendre un travail réel de modernisation, comme celui de Driss Jettou, avec un discours aussi «ringard» et des expressions comme «le bilan incite à la satisfaction». En outre, aucun responsable politique ne peut décemment venir au Parlement et annoncer au bon peuple que son bilan suscite la déception ou occasionne la consternation. Sur un autre plan -disons plus sérieux-, c’est la première fois, chez nous, qu’un bon bilan de gouvernement, voire très bon, ne profite politiquement à personne en particulier. Ce bilan étant réalisé par un Premier ministre, sans appartenance politique, dans le sillage d’une dynamique royale globale et décisive.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *