Petit bonjour

Le quotidien islamiste Attajdid fait la fête au Festival de Casablanca. Nos amis de la Ligue morale des vertus outragées sont apparemment très chagrinés par la réussite des festivités. Dans un édito laborieux intitulé «Là-bas les résistants, ici les danseurs» l’auteur met en parallèle, grossièrement, la guerre du Liban et le Festival de Casa. Il fait feu de tout bois sans qu’un lien direct entre les deux évènements ne soit, sérieusement, établi. Mais, ce lien n’était, apparemment, pas recherché. Dans la même livraison, sur cinq colonnes à la Une, on pouvait lire «Haschich, psychotropes (kerkoubi) et préservatifs au Festival de Casablanca». En clair, il fallait comprendre que les festivaliers, sous l’emprise de la drogue, ont, massivement, fait l’amour en prenant le soin de se protéger. L’intention est, bien évidemment, de jeter l’opprobre sur le festival. Mais c’est raté. Quand un festival mêle, selon ce journal, avec autant de réussite, la recherche du plaisir partagé et la prévenance à l’égard de son partenaire par l’usage, sexuellement responsable, d’un condom, on peut dire qu’il a réussi. En plus, selon une philosophie éprouvée, une population qui fait l’amour, pense rarement à faire la guerre. Alors que veulent nos chers barbus passablement excités par tant d’effusions pacifiques et, néanmoins, citoyennes ? Que ça capote ? Quand même pas.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *