Petit bonjour

Le CCDH va, finalement, plancher sur le Conseil supérieur de la communauté marocaine à l’étranger (CSCME). L’objectif assigné par SM le Roi, dans le discours anniversaire de la Marche Verte, est que le futur CSCME doit allier dans sa composition les exigences de la compétence, de la représentativité, de l’efficacité et de la crédibilité. L’on voit bien que le Chef de l’Etat vient de mettre la barre assez haut. Soit le CCDH privilégie la voie représentative dans le choix du futur conseil auquel cas, il faut définir des zones, des critères d’éligibilité, un système électoral et un mode de scrutin. Soit il opte pour la voie de la cooptation, et il va falloir par conséquent qu’il définisse les modalités de choix les plus consensuelles. L’affaire n’est pas simple. Et les Marocains de l’étranger sont en général très ombrageux sur les conditions de leur représentation et sur les principes démocratiques qui doivent la guider. Ils ont souffert, par le passé, à grande échelle, du poids de certaines amicales et de l’activisme affairiste de nombreux leaders autoproclamés. L’engagement -à tous les niveaux- de la communauté marocaine à l’étranger à l’égard de son pays d’origine doit pouvoir, aujourd’hui, être traduit par un système de représentation qui soit juste, moderne et surtout démocratique. Le CCDH est invité, une nouvelle fois, à être à la hauteur de la tâche décisive qui l’attend.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *