Petit bonjour

Les alertes de ces derniers mois étaient, donc, fondées. Qui pouvait en douter dans une région sérieusement travaillée au corps par le terrorisme islamiste ? La probabilité pour que des attentats frappent notre pays était élevée, mais normale; personne ne la discutait. Seuls les endroits et les dates donnaient lieu à des spéculations effrénées, au fur et à mesure que les informations sur le démantèlement de cellules terroristes se multipliaient. Ce qui s’est passé à Sidi Moumen le  11 mars 2007 semble être un accident terroriste. Un fait imprévu a dû, effectivement, enrayer la mécanique. Ni l’exécution, ni la cible, ni l’origine des victimes ne semblent correspondre à la valeur symbolique que donnent, en général, les terroristes à leurs actes criminels. Sidi Moumen parce que c’est – hélas, encore et toujours, depuis 2003–, Sidi Moumen, le même chancre urbain, la même démission et le même désarroi. Le cybercafé, un lieu emblématique et incontournable du terrorisme d’aujourd’hui : on y reçoit les ordres, les modes d’emploi, la formation, l’agenda, etc. C’est le passage obligé pour aller au paradis. Ou en enfer, c’est selon…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *