Petit bonjour

Le policier qui a trouvé la mort dans l’exercice de ses fonctions, au cours de la traque antiterroriste de Casablanca, mérite plus que de l’estime et de la considération de la part de ses concitoyens. Un homme est tombé sur le front de la liberté. Dix se relèveront. La nation, par un geste symbolique majeur, doit aller, cette fois-ci, plus loin dans le témoignage de reconnaissance à l’un de ses enfants qui a perdu la vie en la défendant. Les services de sécurité dans le monde entier — au-delà des aspects professionnels — marchent d’abord grâce à un moral élevé. Et grâce, aussi, au sentiment réel de se sentir compris et soutenu «franchement» par la société. Les condoléances officielles de la DGSN à la famille du disparu devraient être — à part les dispositifs réglementaires prévus, assez modestes par ailleurs — l’occasion de conforter solennellement, y compris par un usage intelligent des médias publics, l’ensemble des forces de sécurité dans leur mission vitale.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *