Petit bonjour

Après Rachida Dati, Fadela Amara et Rama Yade entrent au gouvernement français. Nicolas Sarkozy fait ses emplettes sur le marché de la diversité sans complexe. Il choisit ses fruits, les palpe, les hume, les touche et les met dans son cabas hongrois. L’assortiment n’est pas mauvais, il est même très bon. Les senteurs du Maroc, d’Algérie, du Sénégal embaument les lambris de la République et leur donnent un air mauresque qui tranche avec les propos anti-barbaresques du Président. Pendant que les garçons allument le feu dans les cités, Sarko emballe les filles en les cherchant à la bougie. C’est malin. Ni pute, ni soumise, certes, mais tu seras ministre ma chérie. Dans l’Hexagone, les filles tournent mieux que les mecs. C’est un fait. Même les chanteurs de raï installés — des modèles théoriques de réussite — s’installent dans la chronique judiciaire scabreuse. Décidément ce président, qui ne suscite pas de prime abord, et d’emblée, une sympathie spontanée, est en train de faire — au moins dans ce domaine précis de l’intégration— la nique aux professionnels de la chose. Ceux qui pendant des années pensaient que le disque dur et le logiciel de l’intégration étaient installés rue de Solferino se sont plantés. Il faut qu’ils «reboutent» — comme rebouteux ! — la machine. Sarkozy 2.0 est optimisé pour la tâche.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *