Petit bonjour

L’Algérie vient de mettre en œuvre ses menaces contre l’Espagne. Repsol et Gas Natural viennent de voir leur contrat avec la Sonatrach annulé. Les arguments techniques avancés par la partie algérienne ne semblent pas convaincre les observateurs. Sur un contrat de près de 6 milliards de dollars, on ne chipote pas sur des détails mineurs d’exécution. En fait, l’Algérie n’apprécie pas — mais pas du tout — la politique espagnole actuelle en direction du Maghreb. Soit l’Espagne s’aligne sur les positions de l’Algérie dans la région, soit  elle va chercher son gaz ailleurs. Cela porte un nom précis, c’est du chantage. Mais que dit, en fait, l’Espagne au sujet du Maghreb ? Intégration économique, coopération poussée, bon voisinage et — attention ça se corse — solution politique négociée et acceptée par toutes les parties sur la question du Sahara. En clair, un soutien au processus de Manhasset pour une autonomie large, digne, sans vainqueur ni vaincu. Alger ne supporte pas ce discours de paix. Elle déclenche la guerre du gaz. Voire. Une autre impasse algérienne.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *