Petit bonjour

Par un curieux hasard, le taux d’abstention aux élections législatives du 7 septembre 2007 est presque le même que le taux d’analphabétisme au Maroc. Ils sont, tous les deux, autour de 63%. Mais consolez-vous, tous ceux qui ont voté ne sont pas analphabètes. Et, vraisemblablement, tous les analphabètes n’ont pas, non plus, voté. Il reste, quand même, une question subsidiaire. Tous les alphabètes ont-ils voté ? Il est permis d’en douter. Nous devrions verser ces questions au cahier des charges de sondeurs d’opinion, les mêmes  qui avant les élections faisaient le battage pour le PJD. Ces sondeurs à la petite semaine vont-ils présenter des excuses pour avoir trompé, pendant des mois, l’opinion publique qui, finalement, ne s’est pas laissée faire?  Il ne faut pas y compter. C’est ces gens-là, on ne s’excuse jamais. On facture. Maintenant, pour être juste, un électeur analphabète, abstentionniste, peut-il se laisser influencer par des sondages qu’il ne lit pas et des sondeurs qui ne sont pas plus «alphabétisés» que lui ? C’est peu probable. Le point commun entre la démocratie des pauvres et celle des riches, c’est le niveau d’instruction des sondeurs. Ça rassure.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *