Petit bonjour

Les déclarations de Nicolas Sarkozy sur le Sahara ont été peu appréciées du côté d’Alger. Elles ont été considérées comme «graves et inopportunes». On imagine que les déclarations du président français, au sujet du Maroc, sur la construction de la démocratie, la réconciliation avec le passé, la tradition d’ouverture et de tolérance, le nucléaire civil, les choix économiques, les élections législatives, la tempérance créative de l’Islam, la nature pacifique de ses citoyens etc… n’ont pas été appréciés non plus. Bref, aucun discours de Nicolas Sarkozy, prononcé pourtant avec une verve absolue et une inspiration remarquable, n’a dû trouver grâce aux yeux de nos voisins habituels. Ils ont raison. À écouter ces discours en creux — ce qui est quand même dans la moindre des choses pour un observateur assidu de ces questions —  cela avait l’apparence d’un vrai réquisitoire. Pas contre l’Algérie ou les Algériens. Ils n’y sont pour rien. Certainement, contre ceux qui ont assassiné leurs espoirs. Mais de cela personne ne peut, décemment, se réjouir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *