Petit bonjour

Un lecteur assidu d’ALM – qu’il trouve ici l’expression de notre infinie reconnaissance – m’a alerté sur la crise qui enfle entre la Russie et l’Algérie au sujet des ventes d’armes. Les frères ont l’impression de s’être fait berner. «C’est là où Kafka rejoint Courteline. Un mélange incroyable entre “gaz” et “armes”. La junte claque 8 milliards de dollars sans avoir vérifié un échantillon de la quincaillerie achetée. Les “vis platinées”, les pompes à eau et les “chagma” des MIG29 ne sont peut-être pas “dourigine”. Le complexe militaro-industriel russe connaît la “vraie vérité” de ces clowns-généraux qui n’ont aucune crédibilité». D’abord je salue la verve. Ensuite, les images. Et j’apprécie, également, l’usage fin fait de notre cher dialectal que l’on met ici au service d’une noble cause. Cela fait très longtemps que je n’ai pas entendu le mot «chagma» qui veut, probablement, dire «échappement». Tuyau d’échappement ? Sinon, sur le fond, on remarque que les généraux algériens qui vont faire les courses, notamment en Russie, continuent à manger la commission en cours de route. C’est un classique de l’Algérie indépendante. On se fabrique un faux ennemi. On se surarme inutilement. On ramasse des commissions colossales. Et au fin du fin, on récupère un arsenal en chocolat. Le président Abdelaziz Bouteflika a, sérieusement, raison de se mettre en colère cette fois-ci. Des milliards de dollars pour des «kchaouèches» (jouets). C’est un peu cher payé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *