Petit bonjour

L’’année tire à sa fin. C’est une évidence. Nous-mêmes, je veux dire tous, nous sentons l’effet – un vrai labeur – des douze derniers mois passés à essayer de donner corps aux vœux et aux souhaits de l’année précédente.  Nous nous préparons, maintenant, à former les vœux et les souhaits pour l’année qui suit. Et ainsi de suite, d’année en année. La formulation des vœux constitue l’essentiel de notre activité — la multiplication des occasions fériées au Maroc est une aubaine  — sans que l’on prenne vraiment le temps, dont nous ne disposons pas, de voir si la vie souhaitée ressemble vraiment à la vraie vie. La vie des vœux et des souhaits est pacifique, fraternelle, chaleureuse, amicale, glamour et affectueuse. La vie normale, quant à elle, est moins flamboyante. La famille française décimée en Mauritanie d’une manière ignoble a dû recevoir des vœux l’année dernière. Cela n’a pas suffi. Elle n’en recevra pas cette année. Comme n’en recevront pas les morts du ravin de Chefchaouen. Une litanie ! Quand un journaliste prend le temps de réfléchir — un exercice inhabituel pour la plupart d’entre nous — la mélancolie le saisit. La trêve des confiseurs ne fait pas que du bien.  Elle distille un blues perfide.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *