Petit bonjour

La MAP nous apprend que des éléments de la Gendarmerie Royale de la province d’El Jadida ont procédé, récemment à Khmiss Zmamra, à l’arrestation d’un voleur de bétail, surpris en possession d’un troupeau de 32 têtes d’ovins et de 18 de caprins. Le butin a été récupéré en totalité et restitué à son propriétaire, a-t-on appris, vendredi, auprès de la Gendarmerie Royale. Le mis en cause, qui a reconnu avoir volé le cheptel au douar Soualeh, cercle Sidi Bennour, a été présenté à la justice. Cette information est d’une banalité affligeante dans un pays encore rural. Elle serait un peu plus croustillante, me semble-t-il, si on la rapporte à nos mœurs parlementaires en ce lendemain de rentrée. «Arrestation d’un voleur de bétail parlementaire, surpris en possession d’un troupeau de 32 têtes de représentants et de 18 têtes de conseillers. Le butin a été récupéré en totalité et restitué à ses propriétaires respectivement du MP, du RNI et de l’UC. L’enquête a pu démontrer que le voleur de bétail est coutumier de ce type de délit. Il a déjà opéré plusieurs fusions, plusieurs opérations de nomadisme d’envergure et une série de rapprochements furtifs en vue de construire un pôle fermier.» Voyez-vous, le rapprochement entre une information vraie et une analogie — à des fins politiciennes — un peu abusive n’est pas complètement absurde. Un jour Abderrahmane Youssoufi, un bon berger, avait signifié, à des hommes politiques, pris de bougeotte frénétique, que la Terre de Dieu est vaste. Et que s’ils étaient gênés au sein du parti, il les invitait au pastoralisme. Allez brouter ailleurs ! Cette exception est devenue, aujourd’hui, la règle. Tout le monde broute — il n’est pas sûr toutefois que l’herbe des autres soit plus verte — au risque de se faire tondre la laine sur le dos.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *