Petit bonjour

Les musulmans, en France, se font traiter de souris. Cela s’est produit lors d’une émission de Michel Drucker sur Europe 1, une grande radio. L’émotion des musulmans est telle que le président du CFCM, Mohamed Moussaoui, a réagi vivement à l’injure. Les excuses suivront et, certainement, cette  page sera tournée en attendant la prochaine. Tout de même, ces Français ne sont pas cartésiens. Pourquoi ils font semblant d’être chiffonnés — ils en font tout un fromage — quand ces mêmes «souris» sifflent la Marseillaise. Le racisme rampant, la panne de l’intégration, l’exclusion urbaine et la marginalité culturelle et sociale font siffler toutes les souris de l’Hexagone — depuis longtemps. Elles peuvent aussi générer des émeutes, pousser à l’incivisme, et susciter toutes sortes de comportements antipatriotiques. C’est une affaire, d’abord, entre Français. Si des jeunes Français d’origine, notamment, maghrébine, ne se sentent pas appartenir à la communauté nationale, cela doit interroger en premier lieu les politiques. Or, au lieu de réfléchir sérieusement à la question, les politiciens français, dans un bel unanimisme, ont mis en cause ces rongeurs d’Arabes qui ne respectent pas les symboles d’une République brocardée qui, en fait, les rejettent à la marge des minima de la décence. L’appel à la dératisation civique ou à la ratonnade citoyenne n’y fera rien. Les souris ne sont heureuses que si le chat est juste, ou absent. C’est à voir de près. Mais le fait que le président de la République française, tout à son émotion, pose si mal — encore ! — le problème est inquiétant pour l’avenir pour la communauté française.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *